Kaijumax Tome 1

Mis à jour : 31 déc. 2019



  • Résumé :

Electrogor est un kaiju, un monstre japonais. Sa femme vient de mourrir, le laissant seul avec ses deux enfants qu’il doit protéger et nourrir. Alors qu’il est dans une centrale électrique dans le but d’emmagasiner de l’énergie nécessaire à la survie de se progéniture, il est capturé par les humains et envoyé directement sur Kaijumax, une île prison pour kaiju. Naïf, le pauvre Electrogor demande de l’aide à des détenus pour qu’ils retrouvent ses enfant et les alertent pour qu’il ne finissent pas capturés eux aussi, mais la vie carcérale ne fait pas de cadeau et il s’apprête à le découvrir …

  • Critique :

Kaijumax est un récit particulier puisqu’il associe une critique du monde carcéral à de nombreuses références à Ultraman et Godzilla. On y découvre un univers sombre où la loi du plus fort prédomine. Il n’est pas facile d’y survivre entre les groupes religieux, les gangs, les gardiens véreux ou les gardiens qui flanchent. Electrogor est un personnage très touchant qui malgré tout ce qu’il vit n’a de cesse de garder une sorte d’humanité que même les humains semblent avoir perdu. Il n’a pour seul objectif de retrouver ses enfants et les mettre à l’abris .

Il y a un parallèle assez frappant dans ce titre avec notre monde : on considère souvent les criminels comme des monstres mais tous les monstres ne sont pas des criminels et qu’il peut être facile de devenir un criminel à cause de la prison. Voilà ce qu’on pourrait retenir avec Electrogor qui est est une sorte de monstre gentil qui s’efforce de ne pas basculer du mauvais côté.

Ce premier volume ne propose pas vraiment de conclusion puisqu’il se referme sur une scène particulièrement touchante nous dirigeant directement au prochain tome et franchement j’ai hâte.

Je vous mentirais si je vous disais que les planches m’ont plus dès le début. J’ai mis quelques pages à m’habituer mais j’ai assez rapidement le style particulier pour finalement l’apprécier après deux ou trois chapitres. Ce style très cartoon donne une très belle ambiance à ce titre qui pourrait être très quelconque sans lui.

Je mets sans souci ce comics à côté de « I kill Giants » dont le dessin ne me plaisait pas du tout à la base et dont le scénario m’a réellement touché. Kaijumax restera une de mes meilleurs expériences en comics, car oui, c’est une expérience à part.

  • Conclusion :

J’ai adoré ce comics proposant un univers extrêmement riche, sombre et touchant et je vous le conseille très fortement surtout si vous aimez les récit à la sauce Godzilla.


Thomas.









Indées les bulles

Accueil

Présentation 

Critiques

Articles

Podcast

Conseils lecture

Réseaux :

Twitter

Instagram

Youtube

Tortues Ninja indées les bulles comics
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now