Maestros tome 1

Mis à jour : 31 déc. 2019




  • Résumé :

Le Maestros est le plus puissant sorcier de l’univers et il vient d’être assassiné avec l’ensemble de sa descendance, enfin ça c’est ce qu’on croit, puisque l’un de ses fils « Willy » est sur terre à utiliser ses pouvoirs pour s’enrichir. Sans que personne ne l’ait vu venir il est maintenant le Maestros avec les pouvoirs que cela suppose. Si il doit se plier à ses nouvelles fonctions ça ne sera pas sans imposer son style, que cela plaise ou non.

  • Critique :

Ayant lu plus d’avis mitigés que de bons, je me suis lance dans la lecture de Maestros avec une certaines appréhensions qui se sont amplifiées avec les premières pages lors desquelles Willy offre un pénis géant à un homme en lui faisant boire une potion. A ce moment je me suis dis : la magie n’est déjà pas forcément mon truc mais si en plus elle est mixée avec ce genre d’humour, je risque de ne pas aller très loin… ». Mais j’ai quand même poussé la lecture plus loin au cas où et j’ai plutôt bien fais. Au fur et à mesure de l’avancée des chapitres mon intérêt pour le personnage et ses aventures pas si barrées que ça m’ont de plus en plus tenu en haleine. Heureusement l’humour gras du début n’est que très peu présent et l’intrigue se montre de très bonne qualité avec des rebondissements particulièrement bien trouvés et par la même occasion une critique plutôt  vraie de notre mode de vie actuel.

On se rend finalement compte que le crétin du début avait patiemment attendu son heure au cas où il aurait la possibilité de monter sur le trône se présenterait, avait en fait étudié et réfléchis à tout ce qu’il pourrait faire pour corriger les erreur de son père et que son véritable désir est de proposer une vie en totale égalité pour l’ensemble des peuples. C’est cette évolution de l’idée qu’on se fait du personnage que j’ai le plus apprécié dans ce récit.

Pour ce qui est des dessins, les planches fourmillent de détails et proposent des traits qui ne me bottent pas d’habitude mais que j’ai fini par oublier, voir aimer.

  • Conclusion :

Maestros est une très bonne lecture, parfois déroutante, parfois touchante et souvent attendrissante. Sullivan le présente comme le titre pour lequel il s’est le plus battu pour le faire paraître et il a bien fait de le faire.


Thomas.








Indées les bulles

Accueil

Présentation 

Critiques

Articles

Podcast

Conseils lecture

Réseaux :

Twitter

Instagram

Youtube

Tortues Ninja indées les bulles comics
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now