Page intro (5).png
bdfugue728x90.gif
  • Maéva

Saga T3

Mis à jour : sept. 5



  • Résumé :

Epuisé par des mois de traque et un deuil encore tout frais Marko, le jeune père de famille ne semble plus en état de prendre des décisions. C’est sans compter le renfort de sa mère, qui compte bien veiller sur la petite famille. Un courage et une ténacité qui leur seront bien utile alors que la petite troupe se dirige sur Quietus, Alanna pensant trouver une issue à leur situation auprès de D. Oswald Heist, l’auteur du roman qui a inspiré ses choix de vie.

  • Critique :

Déjà le troisième tome de cette merveilleuse série et donc la dernière critique qui sera rédigé sur ce blog à son sujet. Je vais donc tâcher d’en dresser un petit bilan.

Dur dur dur de faire des résumés et des critiques sans risquer le spoil pour ceux d’entre vous qui lisent plusieurs avis sur les premiers tomes avant d’oser se lancer ! J’ai moi-même comme vous le savez longtemps hésité avant de commencer cette série qui représente déjà un nombre conséquent de tomes ( 9 à l’heure où je vous écrit) et dont les avis étaient pour le moins dithyrambiques. Le problème quand on vous vend une oeuvre de manière aussi insistante à coup de « Mais il faut absolument que tu la lise !! » « Crois moi c’est vraiment la meilleure série que j’ai jamais lu ! » Et bien je ne sais pas vous, mais moi ça me rebute un peu.

Saga, d’apparence c’est la série mêlant humour, drame et épopée galactique. On y suit une famille née d’un amour interdit entre deux peuples qui se font la guerre depuis si longtemps qu’ils ne savent même plus pourquoi ils sont sensés se détester à ce point. Mais un livre traitant d’amour transcendant les peuples crée l’étincelle dans le coeur de Marko et Alanna qui décident de s’enfuir ensemble, de se marier, et finissent même par donner le jour à une merveilleuse petite fille. Ne vous attendez pas pour autant à un récit dégoulinant d’amour et de drame, oubliez Roméo et Juliette ! Marko et Alanna sont drôles, trash, piquants et terriblement attachant ! Leur fuite épique les emmène de planètes en planètes à la rencontre de peuples parfois drôles, parfois clairement dégoûtant mais qui pour sur vous feront bien rire tellement il faut quant même être tordu pour pouvoir les imaginer. Chapeau l’artiste !

Mais ce que j’adore vraiment dans cette série, ce qui fait que moi aussi je vais la suivre jusqu’au bout, c’est ce subtil mélange entre comique et sujet éthique. Dans le premier tome, l’incompréhension d’une haine aussi totale entre deux peuples ravageant tout sur leur passage au nom de leur suprématie. Dans le deuxième, la difficulté de faire accepter à ses parents une pièce rapportée venant du peuple haï depuis si longtemps et responsable de temps de souffrance. Dans le tome 3, une nouvelle réflexion est proposée et qui m’a profondément touché : la manière dont la littérature s’inscrit dans l’Histoire avec un grand H ! Marko et Alanna décide en effet de partir à la rencontre de l’auteur qui a rendu leur amour possible, de cet auteur qui a osé écrire qu’une réconciliation était non seulement envisageable, mais que les différences ne sont qu’illusions défensives et qu’une fois dépassées elles peuvent laisser place à une entente parfaite et à des merveilles alors insoupçonnées. Comment cet auteur en est venu à avoir le courage de rédiger ce récit malgré les menaces qui ont du planer au dessus de sa tête ? Quel but poursuivait-il et se doutait-il seulement qu’il pourrait un jour être réellement le déclencheur, l’étincelle qui peut-être pourrait faire changer les mentalités ?

  • Conclusion :

Pour conclure donc cette série de critique sur Saga, je comparerais simplement Saga à une autre série de Brian K. Vaughan, Y le dernier homme. Je salue tout simplement le génie de cet artiste qui a su mêler divinement humour, tragique et questionnement dans ses oeuvres. Un mélange difficile à mener tout en maintenant une qualité aussi haute tome après tome ! Des récits drôles à vous déclencher des fourires, aux personnages attachants et si réalistes d’imperfections, et qui amènent à réfléchir malgré nous, sans le vouloir sur des questions biens importantes dans notre quotidien. Jusqu’à présent je lisais pleins de comics différents sans vraiment m’attacher à lire le nom de l’auteur sur le côté. Un réflex qui restait circonscrit aux romans. Mais maintenant je sais que quand je verrais écrit Brian K. Vaughan sur la tranche d’un comics, alors la seule chose qui pourrait (et encore) m’empêcher de l’acheter serait le dessin.

Mais ici aucun risque Saga est merveilleusement bien dessiné par Fiona Staples, qui signe des planches aux traits si réalistes que les personnages pourraient en sortir, des décors jolis mais laissant toute la place aux jeux scèniques et à l’imagination débordante, soutenu par une colorisation de goût.

Non vraiment je ne regrette pas d’avoir ouvert saga et découvert un peu plus cet auteur. Et je termine donc sur ces derniers mots la plus longue critique que j’ai pu écrire à ce jour sur ce site.

A bientôt les amis.

Maéva.





*Lien affilié (voir rubrique "Soutenir le blog")



 Pour des raisons techniques, la version mobile ne propose pas l'ensemble du contenu. 

  • https://www.facebook.com/Thomas.LADP.ILB
  • Icône Twitter blanc
  • Icône Instagram blanc

© 2020 par Indées les bulles

Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now