velvet tome 2




  • Résumé :

Velvet Templeton continue de fuir l’Arc-7 qui semble l’avoir trahi. Elle décide de brouiller les pistes en éparpillant de nombreuses pistes que ses anciens collègues iront suivre lui laissant alors le champ libre pour retourner à Londres trouver des réponses. Elle provoque l’évasion de Damian Lake, un ancien de l’agence qui pourrait avoir des informations cruciales, mais évidemment, tout ne se passera pas comme prévu.

  • Critique :

Ed Brubaker continue de développer son récit d’espionnage en poussant Velvet à se rendre à nouveau à Londres et à se jeter dans la gueule du loup. Le personnage est perdu et ne sait plus tellement à qui elle peut faire confiance ce qui la pousse à être prudente. Malheureusement elle ne le sera pas assez puisque l’une de ses actions va se retourner contre elle et la mettre dans une situation plus que délicate.

Très franchement je prends un plaisir fou à lire ce récit. En effet il me rappelle assez logiquement les James Bond mais apporte quelque chose de différent. A la longue, James Bond et ce qu’il représente est un petit peu devenu cliché (attention je ne critique pas, je suis fan) et voir une femme dans ce rôle habituellement réservé aux hommes est très intéressant et très bien développé. A deux reprises on suit deux agents la poursuivant et à chaque fois ils avouent ne pas avoir soupçonné de tels talents chez cette femme qu’il pensaient être une secrétaire on ne peu plus normale qu’il leur est impossible de ne pas essayer de séduire. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la donne change totalement. Ça contre balance très bien avec les femmes cantonnées aux rôles de James Bond girls tout justes bonnes à écarter les cuisses dès qu’elles le voient.

Ici on a droit à une femme très forte, intelligente, très bonne combattante ayant une très forte confiance en elle. Mais elle ne manque pas de défauts puisque c’est aussi cette grande confiance qui va la mettre en danger.

Ce récit est vraiment un modèle du genre et il me tarde de découvrir le dénouement et de savoir qui a bien pu la trahir à ce point.

Au dessin c’est encore une fois Steve Epting qui s’y colle et une fois de plus son travail est extrêmement agréable à regarder. Son coup de crayon apporte une véritable ambiance à ce titre. J’aime particulièrement les jeux d’ombre qu’il nous propose et qui donne une véritable impression de gravité à cette série.

  • Conclusion :

Ce second tome enfonce le clou et conforte cette série comme un incontournable d'Ed Brubaker ! Velvet a la lourde tâche d'évoluer dans le genre "Espionnage" avec une femme comme protagoniste principal et relève ce défis avec brio.

Thomas.









5 vues

Indées les bulles

Accueil

Présentation 

Critiques

Articles

Podcast

Conseils lecture

Réseaux :

Twitter

Instagram

Youtube

Tortues Ninja indées les bulles comics
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now