Tout lecteur de comics connait au moins de nom les éditeurs que sont Marvel et DC puisque ces deux éditeurs inondent littéralement le marché. Mais il existe un éditeur indépendant à l’histoire bien plus récente qui vient régulièrement chatouiller ces deux mastodontes de la BD américaine. Et vous savez quoi? Je suis prêt à parier que vous en possédez au moins un dans votre bibliothèque ! 

 Fondation : 

C’est en 1992 qu’un groupe de dessinateurs composé de Todd McFarlane, Jim Lee, Erik Larsen, Rob Liefeld, Marc Silvestri, While Portacio et Jim Valentino se crée afin de créer le propre éditeur sans se douter qu’il s’apprêtaient à écrire un pan passionnant de l’histoire du comics moderne.

 

 Raisons de la création : 

En 1991, Todd McFarlane, Rob Liefeld et Jim Lee (ci-dessus dans l'ordre) sont trois des grandes stars de Marvel et sont extrêmement agacés par les pratiques de l’éditeur. En effet, la maison des idées commercialise un nombre ahurissant de produits dérivés directement issus de leurs créations et ne le reverse qu’une part infime des royalties. Conscients du fait que cela doit changer, les dessinateurs envahissent le bureau de Terry Stewart afin de faire entendre leurs revendications. Malheureusement, et comme on pourrait s’en douter, la situation se durcit et le PDG leur rétorque que Marvel peut trouver d’autres "ramasseurs de cotons". Une façon non voilée de leur faire comprendre qu’il ne sont que des esclaves pour la société.

Suite à cette réunion, l’équipe décide de créer son propre éditeur en emmenant avec eux Erik Larsen, Marc Silvestri, While Portacio et Jim Valentino. Marvel perd alors sept de ses meilleurs dessinateurs d’un seul coup.

 

 2 principes fondateurs : 

Lancer un éditeur c’est bien, mais pour que cela vaille le coup et pour que l’histoire ne se répète pas, il faut des principes fondateurs forts permettant aux auteurs de gagner en liberté et leur permettant de mieux vivre de leur travail, ce qui a toujours été (et est encore aujourd’hui) le principal problème du métier.

 

Le premier est là pour régler le problème de liberté :

   « Un créateur Image n’intervient jamais créativement ou financièrement sur le travail d’un autre. »

 

Le second permet à l’auteur de mieux vivre de son métier :

    « Image ne détient pas le travail des auteurs, c’est le créateur qui le détient. »

Ainsi chaque auteur est libre de créer ce qu’il souhaite et en être le propriétaire, ce qui en cas de succès, garantit des revenus supérieurs.

 

Suivant le premier principe, à l’exception de While Portacio, chaque partenaire crée son propre label rattaché à Image.

    - Liefeld crée Extreme Studios

    - Larsen crée Highbrow Entertainment

    - Valentino crée Shadowline

    - McFarlane crée Todd McFarlane Production

    - Silvestri crée Top Cow Productions

    - Lee crée Aegis Entertainment qui deviendra rapidement Wildstorm Productions

Chaque label est alors totalement autonome et libre de tout contrôle éditorial.

 

 Des débuts prometteurs : 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au début de l’aventure aucun d’entre eux ne savait à quoi s’attendre en termes de ventes mais un chiffre de 300 000 ventes serait alors vu comme un succès.

En Avril 1992 sort le #1 de Youngblood dépasse les millions d’exemplaires vendus avant d’être battu un mois plus tard par le #1 de Spawn qui atteint les 1,7 millions d’exemplaires vendus. Ces chiffres en font alors les meilleures ventes de l’histoire pour des titres indépendants (hors Marvel et DC). Record toujours détenu par le premier tome de Spawn à ce jour.

Les succès des séries « WildC.A.T.S », « Savage Dragon », « Cyberforce » et « Shadowhawk » installeront d’ailleurs pendant un court laps de temps image Comics comme deuxième éditeur devant DC Comics !  

 

Un peu plus tard Sam Kieth  et le duo Kurt Busiek / Alex Ross rejoignent l’aventure. L’éditeur se fait alors une Image rivalisant avec les big two, prouvant que laisser toute liberté à ses auteurs était viable financièrement.

Malheureusement les fondateurs d’Image Comics sont des dessinateurs et manquent cruellement d’expérience en tant que scénariste et cela se fait très vite sentir. Si les titres Savage Dragon et Spawn s’en sortent avec les honneurs, la plus part des autres sont montrés du doigt pour leur faiblesse scénaristique et leurs héros sans intérêts dissimulés par des dessins largement tape à l’oeil.

 

 Manque d’expérience commerciale : 

De gros retards se font sentir sur les séries (certains auteurs prenant des vacances intempestives) et provoquent de grosses pertes financières. Les libraires devant précommander des tomes non terminés avant de se rendre compte que l’engouement de leurs lecteurs était retombés se retrouvent alors avec de gros stocks sur les bras. Cette mésaventure les pousse alors à moins commander sur les tomes suivants.

Afin de régler le problème, Image engage Larry Mander pour s’occuper de l’aspect commercial. Il met en place un planning de sorties stricte et cohérent et re-discipline les créateurs.

Ce remaniement porte ses fruits et permets l’arrivée des séries « Gen13 », « The authority »,  « Witehable », et « The Darkness » qui connaissent à leur tour des très grands succès.

 

 Evolutions et tractations : 

La fin des années 90 est une période bien délicate pour Image. Des tentions apparaissent au sein de l’éditeur lorsque Marc Silvestri annonce le départ de Top cow puisqu’il ne supporte plus de travailler avec Rob Liefeld qui lui aurait piqué un de ses talents (Michael Turner). Liefeld quitte Image Comics avant la tenue d’une réunion visant à l’évincer de l’éditeur. La même année, Lee vend Wildstorm à DC Comics souhaitant stopper son activité d’éditeur pour se concentrer sur son art.

 

 Les années 2000 : 

Au début des années 2000, l’éditeur conscient de ses défauts compte bien profiter du début de cette nouvelle décennie pour faire quelques changements. Le principal réside dans le recentrage de la politique éditoriale sur Image Central plutôt que sur les différents studios fondateurs. Ce remaniement a d’ailleurs permis à la plupart des auteurs majeurs actuels de connaitre leur premier succès : des oeuvres non issues des labels fondateurs venant enrichir le catalogue de l’éditeur.

Mais le plus grand changement réside dans le fait de privilégier la qualité scénaristique aux dessins, ce qui permit de voir naitre des oeuvres cultes telles que Saga.

Bien que bénéfiques, ce ne sont pas ces évolutions qui ont permis le salut de l’éditeur, mais bien un homme, Robert Kirkman. Il apporte tout d'abord une grande dose de succès avec Invincible et The Walking dead et mieux encore en 2008, il accepte de participer activement au fonctionnement d’Image en devenant le premier nouveau partenaire depuis la création de la société.

 

 Image en France : 

Il y a quelques années en arrière, pour lire des titres Image Comics il fallait se contenter de quelques gros titres traduits ou bien se tourner vers la VO. Depuis la situation a bien changé. La méforme de Marvel et DC créant un certain ras le bol chez certains des lecteurs, un besoin de plus en plus fort de titres indépendants s’est fait ressentir. Poussés par les multiples demandes, les éditeurs nationaux se lancent alors dans le créneau.

Contrairement à Marvel et DC, distribués respectivement par Panini Comics et Urban Comics, vous ne trouverez par les titres Image chez un seul distributeur français. Il faut aller chercher chez Delcourt, Glénat Comics, Hi comics, Graph Zeppelin, Snorgleux Comics, Panini ou encore Urban pour les trouver, chaque éditeur faisant ses courses dans le catalogue de l’éditeur américain.

 Conclusion : 

Depuis sa fondation, l'éditeur a bien changé : certains piliers sont partis vers d'autres aventures, d'autres sont arrivés bien plus tard en apportant modernité et fraîcheur. Quoi qu'il en soit, Image Comics a su écouter les critiques en apportant les bonnes modifications et suivre l'évolution de l'industrie. Une chose est certaine, si vous cherchez à découvrir le comics indépendant, Image comics est un incontournable et propose des séries de haute qualité et ce, peu importe les genres qui vous attirent.

 Conseil lecture : 

Voici une sélection de titres que j'ai aimé chez l'éditeur ou que je compte démarrer prochainement.

Cliquez sur les couvertures pour retrouver mes reviews.

1/1

1/1

1/1

1/1

1/1

Thomas.

 Pour des raisons techniques, la version mobile ne propose pas l'ensemble du contenu. 

  • https://www.facebook.com/Thomas.LADP.ILB
  • Icône Twitter blanc
  • Icône Instagram blanc

© 2020 par Indées les bulles

Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now